Rhyzobius forestieri (larve)

le 11 avril 2020, dans Coléoptères, Faune, Insectes, Invertébrés, par Alain Larivière
Rhyzobius forestieri (larve) -6-

Rhyzobius forestieri (larve)

Rhyzobius forestieri (larve) -7-

Rhyzobius forestieri (larve)

 

 

Rhyzobius forestieri (larve)

le 9 avril 2020, dans Coléoptères, Faune, Insectes, Invertébrés, par Alain Larivière
Rhyzobius forestieri (larve) -4-

Rhyzobius forestieri (larve)

 

Rhyzobius forestieri

Règne : Animalia.
Embranchement : Arthropoda.
Sous-embranchement : Hexapoda.
Classe : Insecta.
Sous-Classe : Pterygota.
Infra-classe : Neoptera.
Super-ordre : Endopterygota.
Ordre : Coleoptera.
Famille : Coccinellidae.
Sous-famille : Coccidulinae.
Genre : Rhyzobius.

Nom scientifique : Rhyzobius forestieri (Mulsant, 1853).
Nom commun : Pas connu.

Rhyzobius forestieri est un Coléoptère de la famille des Coccinellidés (Coccinellidae).
Cette Coccinelle mesure environ 4 mm de long. Elle se reconnaît à ses longs poils soyeux et gris (sous loupe binoculaire) sur fond noir et à son abdomen rouge.
Cette espèce originaire d’Australie a fait l’objet de recherches par l’INRA d’Antibes qui a effectué des lâchés inoculatifs en septembre 1986 dans un verger de clémentiniers lourdement infesté par la Cochenille noire de l’olivier (Saissetia oleae), situé au Conservatoire botanique de l’île de Porquerolles.
C’est de là qu’elle a commencé à envahir le territoire français. L’espèce est présente maintenant dans de nombreux départements, dont le Loiret où ont été observé les larves photographiées.

Rhyzobius forestieri (larve)

le 6 avril 2020, dans Coléoptères, Faune, Insectes, Invertébrés, par Alain Larivière
Rhyzobius forestieri (larve) -3-

Rhyzobius forestieri (larve)

Rhyzobius forestieri (larve) -3R-

Rhyzobius forestieri (larve)

 

Règne : Animalia.
Embranchement : Arthropoda.
Sous-embranchement : Hexapoda.
Classe : Insecta.
Sous-Classe : Pterygota.
Infra-classe : Neoptera.
Super-ordre : Endopterygota.
Ordre : Coleoptera.
Famille : Coccinellidae.
Sous-famille : Coccidulinae.
Genre : Rhyzobius.

Nom scientifique : Rhyzobius forestieri (Mulsant, 1853).
Nom commun : Pas connu.

Rhyzobius forestieri est un Coléoptère de la famille des Coccinellidés (Coccinellidae).
Cette Coccinelle mesure environ 4 mm de long. Elle se reconnaît à ses longs poils soyeux et gris (sous loupe binoculaire) sur fond noir et à son abdomen rouge.
Cette espèce originaire d’Australie a fait l’objet de recherches par l’INRA d’Antibes qui a effectué des lâchés inoculatifs en septembre 1986 dans un verger de clémentiniers lourdement infesté par la Cochenille noire de l’olivier (Saissetia oleae), situé au Conservatoire botanique de l’île de Porquerolles.
C’est de là qu’elle a commencé à envahir le territoire français. L’espèce est présente maintenant dans de nombreux départements, dont le Loiret où ont été observé les larves photographiées.

Rhyzobius forestieri (larve)

le 3 avril 2020, dans Coléoptères, Faune, Insectes, Invertébrés, par Alain Larivière
Rhyzobius forestieri (larve) -1-

Rhyzobius forestieri (larve)

 

Règne : Animalia.
Embranchement : Arthropoda.
Sous-embranchement : Hexapoda.
Classe : Insecta.
Sous-Classe : Pterygota.
Infra-classe : Neoptera.
Super-ordre : Endopterygota.
Ordre : Coleoptera.
Famille : Coccinellidae.
Sous-famille : Coccidulinae.
Genre : Rhyzobius.

Nom scientifique : Rhyzobius forestieri (Mulsant, 1853).
Nom commun : Pas connu.

Rhyzobius forestieri est un Coléoptère de la famille des Coccinellidés (Coccinellidae).
Cette Coccinelle mesure environ 4 mm de long. Elle se reconnaît à ses longs poils soyeux et gris (sous loupe binoculaire) sur fond noir et à son abdomen rouge.
Cette espèce originaire d’Australie a fait l’objet de recherches par l’INRA d’Antibes qui a effectué des lâchés inoculatifs en septembre 1986 dans un verger de clémentiniers lourdement infesté par la Cochenille noire de l’olivier (Saissetia oleae), situé au Conservatoire botanique de l’île de Porquerolles.
C’est de là qu’elle a commencé à envahir le territoire français. L’espèce est présente maintenant dans de nombreux départements, dont le Loiret où ont été observé les larves photographiées.

Cydalima perspectalis, la Noctuelle du Buis (nymphe) -4-

Cydalima perspectalis, la Noctuelle du Buis (nymphe)

Cydalima perspectalis, la Noctuelle du Buis (nymphe) -5-

Cydalima perspectalis, la Noctuelle du Buis (nymphe)

 

Règne : Animalia.
Embranchement : Arthropoda.
Classe : Insecta.
Ordre : Lepidoptera.
Super-famille : Pyraloidea.
Famille : Crambidae.
Genre : Cydalima.

Nom scientifique : Cydalima perspectalis (Walker, 1859).
Nom commun : Pyrale du buis.

La Pyrale du buis (Cydalima perspectalis) lépidoptère de la famille des Crambidés (Crambidae), originaire d’Asie (Chine, Japon, Corée, l’Inde et la Russie d’Extrême Orient).
C’est un papillon nocturne, attiré par la lumière, qu’on peut voir voler autour des éclairages publics. La chenille de ce papillon ne semble consommer que des feuilles de Buis (déjà observé en Europe sur le Buis commun (Buxux sempervirens), sur Buis à feuilles rondes (Buxux sempervirens rotundifolia) et sur Buis de Colchide ou du Caucase (Buxux colchica).
Il s’agit d’une espèce invasive qui figure depuis 2008 sur la liste d’alerte de l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP, 2007).
Son introduction accidentelle en France a été repérée en 2003.
Depuis, cette espèce est régulièrement signalée en Alsace, et plus récemment en Île-de-France et en Poitou-Charentes.
La chenille est reconnaissable à sa tête noire luisante et son corps vert clair, strié longitudinalement de vert foncé. On note la présence de verrues noires et de longs poils blancs isolés non urticants. Les fausses pattes abdominales sont au nombre de 10.
Les chenilles se nourrissent de feuilles de buis. En l’absence de prédateurs, elles peuvent provoquer des dégâts très importants sur leurs plantes hôtes. Elles tissent des toiles autour des plants infestés et laissent sur le sol de nombreuses déjections vert foncé.
Des tests ont été réalisés pour vérifier si ces chenilles seraient susceptibles de s’attaquer à des espèces proches du Buis (Fusain, Figuier, et Houx), car en Chine, selon la littérature disponible, on le trouve aussi parfois sur le Houx à feuilles pourpres (Ilex purpurea), le Fusain du Japon (Euonymus japonicus) et le Fusain ailé (Euonymus alata). Il semblerait toutefois qu’à ce jour en Europe ces espèces ne soient pas attaquées par cette pyrale.
La nymphe de couleur brune mesure 21 mm de long. Elle est protégée par un cocon de feuilles et de soie.
L’adulte a une envergure moyenne de 36 mm. Les ailes sont blanches et brunes avec des irisations dorées et violacées, ce qui le différencie de toutes les espèces autochtones européennes.
Il n’y a pas de différence extérieure marquée entre les deux sexes.
Il existe sous 2 formes : la plus fréquente est blanche et brune avec des reflets violacés. La moins courante est entièrement brune.
Les adultes sont exclusivement nocturnes.
En Europe occidentale, l’espèce semble produire deux à trois générations par an.
– L’hivernage se fait sous forme de jeunes chenilles, dans des cocons de feuilles et de soie, situés à l’intérieur du feuillage des plans infestés.
– La première génération des papillons prend son vol en juin.
– La ponte des œufs en groupe se fait sur la face inférieure des feuilles.
– Les œufs donnent naissance aux chenilles.
– Les chenilles au dernier stade mesurent 35-40 mm de long. Elles se transforment alors en nymphes.
– La nymphose dure environ un mois (pendue par la queue, tête vers le bas, généralement dans un cocon tissé entre les feuilles).
– Les papillons en sortent deux à trois semaines après.
– La dernière génération passe l’hiver en l’état de jeunes chenilles logées dans des cocons.
Dés mars, elles quittent leurs cocons et recommencent à s’alimenter sur les feuilles.

error: Content is protected !!