Frondaisons : Feuillage de feu

le 14 juillet 2019, dans Flore, Textures végétales, par Alain Larivière
Frondaisons III : Feuillage de feu -1-

Frondaisons : Feuillage de feu

Frondaisons III : Feuillage de feu -1R-

Frondaisons : Feuillage de feu

 

Mots Tag:
 

Ferveur religieuse

le 13 juillet 2019, dans Personnages, par Alain Larivière
Ferveur religieuse -1NX-

Ferveur religieuse

 

Ferveur religieuse

C’est en visitant l’église romane de Thuret, petit village de la plaine de Limagne (Puy-de-Dôme – France), que j’ai vu cet homme en prière devant la statue de Saint-Bénilde *. J’ai attendu quelques minutes avant de déclencher, respectant en cela son recueillement, mais devant tant de ferveur je décidai d’enregistrer la scène.

* Bénilde est né Pierre Romançon à Thuret le 14 juin 1805 et il est mort le 13 août 1862. Frère des Écoles chrétiennes, il se voue à l’éducation.

Troisième enfant d’une famille de six, agriculteurs dans le Puy-de-Dôme, il fit ses études chez les Frères des Écoles chrétiennes de Riom qu’il souhaita intégrer ensuite. Il perdit très tôt deux de ses sœurs, sa mère, et un frère.

Admis au noviciat de Clermont-Ferrand en février 1820, il prononça ses vœux en juin de la même année, sous le nom de Frère Bénilde.

Il fut tour à tour instituteur à Aurillac, Moulins, Limoges, Billom et Clermont-Ferrand, entre 1821 et 1841.

C’est en 1841 qu’il fut nommé directeur de l’école de Saugues, où il resta jusqu’à sa mort.

Dans l’église Saint Médard de Saugues, un autel, avec châsse et gisant, lui a été consacré.

Sa vie fut difficile, il eut à faire face à de nombreuses difficultés matérielles, des oppositions vives avec les notables locaux, il s’occupait de la classe, du catéchisme, des visites aux malades, toutes choses qu’il vécut fidèle à sa vocation.

Son abnégation profonde et son observance rigoureuse de la règle de son institut, transfigurées par son affection pour les enfants, furent la marque de sa sainteté.

Ce pédagogue modeste aura été un grand éveilleur de vocations sacerdotales et religieuses. 15 prêtres, 200 frères sont issus du canton de Saugues où il passa ses vingt dernières années. Dans les années 1850, Frère Benilde jouait de l’accordéon diatonique pour apprendre la musique à ses élèves, pour se distraire avec ses frères mais aussi pour accompagner les chants à l’église. Aucun Saint Patron des accordéonistes n’existant encore, André Thivet avec le Frère Rolland proposa Frère Bénilde. La première célébration fut dite par l’Archevêque de Chambéry, Monseigneur Feidt, le dimanche 12 août 1990.

Son tombeau devint vite un lieu de pèlerinage. Lors de la cérémonie de béatification, le Pape Pie XII a dit de lui : « Il fit les choses communes d’une manière non commune ».

Frère Bénilde est béatifié le 4 avril 1948 par le Pape Pie XII et canonisé le 29 octobre 1967 par le Pape Paul VI. L’Église célèbre sa mémoire le 13 août. C’est le saint patron des accordéonistes.

Renseignements : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bénilde

Mots Tag:
 

Eucomis bicolor, la fleur ananas

le 12 juillet 2019, dans Au coeur des fleurs, Flore, par Alain Larivière
Eucomis bicolor, la fleur ananas -7-

Eucomis bicolor, la fleur ananas

Eucomis bicolor, la fleur ananas -21-

Eucomis bicolor, la fleur ananas

 

Eucomis bicolor

Règne : Plantae.
Sous-règne : Tracheobiota.
Division : Magnoliophyta.
Classe : Liliopsida.
Sous-classe : Liliidae.
Ordre : Liliales.
Famille : Liliaceae.
Genre : Eucomis.

Nom scientifique : Eucomis bicolor Baker, 1878.
Nom commun : Fleur ananas.

La fleur ananas (Eucomis bicolor) est une plante bulbeuse vivace de la famille des Liliacées (Liliaceae).
Descriptif de l’espèce :
Bulbe globuleux, pourvu de nombreuses racines charnues. Les feuilles , subérigées, oblongues, de 30 à 50 cm de long, à bords ondulés, de couleur vert clair, souvent mouchetées de pourpre à la base, sont disposées en rosette, d’où émerge en été une tige charnue portant une inflorescence en épi. L’inflorescence est surmontée par un plumet de feuilles lui donnant l’allure d’un petit ananas. Eucomis bicolor produit une seule inflorescence par bulbe, ou plus rarement deux, à partir de juillet et ce jusqu’en octobre. Les petites fleurs crèmes ou verdâtres bordées de pourpre ont une grande longévité (2 à 3 mois). Les fruits, non comestibles, remplacent les fleurs petit à petit par la base, au fur et à mesure de leur maturité.
Le genre Eucomis regroupe une quinzaine de plantes originaires des prairies temporairement humides ou des éboulis d’Afrique du Sud et Méridionale.

Mots Tag:
 
Euphorbia amygdaloïdes, l’Euphorbe des bois -1-

Euphorbia amygdaloïdes, l’Euphorbe des bois

Euphorbia amygdaloïdes, l’Euphorbe des bois -7R-

Euphorbia amygdaloïdes, l’Euphorbe des bois

Euphorbia amygdaloïdes, l’Euphorbe des bois -9-

Euphorbia amygdaloïdes, l’Euphorbe des bois

 

Euphorbia amygdaloïdes

Règne : Plantae.
Division : Magnoliophyta.
Classe : Magnoliopsida.
Ordre : Malpighiales.
Famille : Euphorbiaceae.
Genre : Euphorbia.

Nom scientifique : Euphorbia amygdaloïdes Linné, 1753.
Nom commun : Euphorbe des bois.

L’Euphorbe des bois ‘Purpurea’ (Euphorbia amygdaloïdes) est une plante vivace de la famille des Euphorbiacées (Euphorbiaceae). Cette plante est originaire d’Europe, Turquie et Caucase.
Le genre Euphorbia comprend environ 2000 espèces réparties dans les régions tempérées et chaudes du globe, dont 463 espèces xénophytes de l’Afrique centrale et australe.
L’Euphorbe des bois est une plante monoïque buissonnante de 30 à 90 cm de hauteur, à tige vert rouge, sous ligneuse à la base et aux feuilles rapprochées en rosette au milieu de la tige. Les feuilles sont obovales et entières, velue au moins sur la face inférieure, vert foncé, 2,5-8 cm de long, rouge dessous, devenant plus foncé en hiver. Les ombelles ont 5 à 10 rayons bifurqués, complétées par 3 à 12 rameaux fertiles. Les bractées florales sont soudées 2 à 2. Les glandes sont jaunes en croissant, à cornes convergentes, les capsules sont sillonnées. Floraison de mars à juin. Fleurs minuscules d’un jaune vert. Ses fleurs sont visitées par les abeilles.
L’espèce préfère les sols calcaires, secs et le plein soleil ou l’ombre légère. Elle est utilisée au jardin d’agrément : rocailles, dallages, murets. Attention à ne pas laisser les graines se semer car elle devient vite envahissante.
C’est une plante vénéneuse, parfois dangereuse pour le bétail. Un latex blanc et poisseux toxique s’échappe à chaque blessure : il peut provoquer des brûlures et une irritation de la peau. Chez l’homme, cette plante est violemment vomitive et purgative. Il semble conseillé de cultiver à proximité : Aeonium lindleyi et éventuellement Senecio anteuphorbium dont la sève, par contact, joue le rôle d’antidote.

Fantômes

le 10 juillet 2019, dans Graphisme, Insolite, par Alain Larivière
Fantômes -1R2-

Fantômes

Fantômes -1RM-

Fantômes

 

Fantômes
Pour obtenir ce type d’images, je pratique la technique du bougé filé durant la prise de vue. Suivant les sujets, les optiques et les réglages choisis, les résultats obtenus sont très variables.

Mots Tag:
 
error: Content is protected !!