Nezara viridula forme torquata, la punaise verte puante -1-

Nezara viridula forme torquata, la punaise verte puante

 

Règne : Animalia.
Embranchement : Artropoda.
Sous-embranchement : Hexapoda.
Classe : Insecta.
Sous-classe : Pterygota.
Ordre : Hemiptera.
Sous-ordre : Heteroptera.
Infra-ordre : Pentatomorpha.
Famille : Pentatomidae.
Sous-famille : Pentatominae.
Tribu : Pentatomini.
Genre : Nezara.

Nom scientifique : Nezara viridula forme torquata (Fabricius, 1775).
Nom(s) commun(s) : Punaise verte puante ; Punaise verte ponctuée.
L’espèce a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Cimex viridulus.

Nezara viridula forme torquata est une Punaise de la famille des Pentatomidés (Pentatomidae). L’espèce a une aire de répartition cosmopolite, vivant dans les régions tropicales et subtropicales d’Amérique, Afrique, Asie et Europe, entre 45 degrés nord et 45 degrés sud. Ses origines exactes sont inconnues, mais elle serait originaire d’Éthiopie d’où elle se serait répandue autour du monde grâce à sa puissante capacité de vol et au trafic commercial entre pays.
Les adultes sont de couleur vert brillant avec trois à cinq points blancs en haut du scutellum. Ils mesurent de 1,2 à 1,6 cm de long. Il existe de nombreuses variations colorées y compris chez un même individu. L’hiver l’espèce passe du vert au brun. Ce changement est réversible. Cette espèce peut être confondue avec la Punaise verte (Palomena prasina), mais Nezara virudula a souvent 3 petits points blancs bien visibles sur l’écusson, à la limite du pronotum. Palomena prasina a les ailes membraneuses sombres, celles de Nezara viridula sont vertes. Le motif et la coloration de leur exosquelette varient en fonction de l’âge de la punaise.
Nezara viridula se reproduit tout au long de l’année sous les tropiques, et dans les zones tempérées au printemps et en été. La femelle dépose de 30 à 130 œufs à la fois, sous forme d’une masse d’œufs solidement collée sous le dessous d’une feuille. Les œufs sont en forme de tonnelet, avec une ouverture au-dessus. Les œufs mettent entre 5 et 21 jours pour se développer, selon la température. Après éclosion, les larves de premier stade (rouge ou jaune) restent groupées, puis vont se disperser dès le deuxième stade larvaire (rouge sombre). À ce stade elles commencent à s’alimenter. À partir du troisième stade larvaire, les punaises prennent une teinte dominante sombre et leur thorax et abdomen se couvrent de taches blanches, jaunes et rouges. Aux quatrième et cinquième stades larvaires, l’insecte prend une coloration dominante vert jaunâtre avec des taches rouges et jaune.
Chaque stade larvaire dure une semaine, excepté le dernier qui dure seulement une journée. Jusqu’à quatre générations peuvent se développer en une année, avec des œufs donnant des adultes en un peu moins de 35 jours au milieu de l’été. Jusqu’à leur troisième mue, les larves restent grégaires sur la même plante hôte, la raison de cette grégarité est la mise en commun de défenses chimiques contre des prédateurs tels que les fourmis.
C’est un insecte hautement polyphage et herbivore, capable de se nourrir sur au moins 30 familles de plantes, aussi bien monocotylédones que dicotylédones. Du fait de ses préférences pour certaines espèces de légumes, comme les haricots et le soja, Nezara viridula est un organisme ravageur économiquement important de ces cultures.
Le facteur limitant leur population dans les zones tempérées est le froid hivernal. La mortalité des individus hivernants est comprise entre 30 et 80 % ; la population ne peut pas survivre dans les zones où la température est en dessous de 5 °C. Les femelles sont plus résistantes que les mâles, comme le sont les plus grands spécimens et ceux qui développent une coloration brun-rougeâtre. Dans les dernières décennies, l’espèce semble avoir augmenté son aire de répartition vers le nord, probablement à cause du réchauffement climatique planétaire. La capacité de cet animal à survivre à l’hiver dépend aussi de l’opportunité de la diapause.
En régions tropicales divers Hyménoptères parasitent Nezara viridula : Ooencyrtus trinidadensis Crawford, 1913 (Chalcidoidea, Encyrtidae), Trissolcus basalis Wollaston, 1858 (Scelionidae), Telenomus podisi Ashmead, 1893 (Platygastridae), Gryon sp, (Platygastridae), qui sont des parasitoïdes oophages. En Europe le prédateur le plus important est la mouche Tachinide (Tachinidae) Trichopoda pennipes (Fabricius, 1781).

Une réponse de Nezara viridula forme torquata, la punaise verte puante

  1. alain adamski dit :

    Une Punaise comme on les aime, résultats à la hauteur comme toujours ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



error: Content is protected !!