Paeonia lactiflora, la Pivoine de Chine

le 31 mai 2019, dans Au coeur des fleurs, Flore, par Alain Larivière
Paeonia lactiflora, la Pivoine de Chine -1a-

Paeonia lactiflora, la Pivoine de Chine -1a-

 

Classification APG III (2009)
Règne : Plantae.
Clade : Angiospermes.
Clade : Dicotylédones vraies.
Ordre : Saxifragales.
Famille : Paeoniaceae.
Genre : Paeonia.

Nom scientifique : Paeonia lactiflora Pallas, 1776.
Nom commun : Pivoine de Chine.

La Pivoine de Chine (Paeonia lactiflora) est une plante herbacée vivace de la famille des Paeoniacées (Paeoniaceae), anciennement Renonculacées (Renonculaceae).
Elle est originaire d’Asie centrale et orientale.
Le genre Paeonia comprend des espèces arbustives et des espèces herbacées. Les Pivoines de nos jardins sont issues des 2 espèces herbacées suivantes : Paeonia officinalis et P. lactiflora.
C’est une plante à racines charnues, à tiges élancées souvent ramifiées, haute de 0,60 m à 1 m. Les fleurs, rose carné, groupées par 2 à 5 par tige, fleurissent de mai à fin juin en Europe.
Les feuilles sont biternées avec des segments lancéolés ou ovales lancéolés. Les folioles sont entières ou parfois lobées. L’hiver les feuilles disparaissent et seuls persistent les bourgeons au niveau du sol.
Les fleurs de 8 à 12 cm de diamètre sont terminales avec éventuellement en plus des fleurs axillaires. Elles sont pourvues de 4 à 5 bractées lancéolées, inégales, de 3 à 4 sépales ovés ou suborbiculaires, de 9 à 13 pétales obovés, blancs ou roses pour l’espèce sauvage et de couleurs variées chez les plantes cultivées. Les étamines de 15 mm de long ont des filets jaune crème. Les carpelles au nombre de 2 à 5 sont verts ou pourpres, en général glabres, et pourvus de stigmates rouges. La floraison a lieu en mai juin.
Les fruits sont des follicules oblongs ellipsoïdes.
La Pivoine de Chine pousse naturellement dans les bois et les prairies en Chine du Nord, Corée, Mongolie, Sibérie et au Japon. Elle est aussi largement cultivée dans ces pays.
Elle fut introduite en Angleterre au début du XIXe siècle sous forme de cultivars chinois à partir desquels les pépiniéristes français puis américains tirèrent de nombreuses autres variétés horticoles, répandues actuellement partout dans les jardins des régions tempérées.
Le constituant principal de la racine de Paeonia lactiflora est un glucoside mono terpénique, la paeoniflorine. Les constituants minoritaires sont également d’origine mono terpénique : oxypaeoniflorine, paeflorigénone.
Sur le plan pharmacologique, la paeoniflorine est antispamodique et sédative et, comme le paeonol, anti-inflammatoire et inhibitrice de l’agrégation plaquettaire.

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée -18C-

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée -18N&B-

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée

 

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon, Puy-de-Dôme, France.

Réalisation de l’architecte B. Chaussemiche – Grand Prix de Rome, les Grands Thermes de Châtel-Guyon furent inaugurés en 1908. Après 96 ans de service ils ferment définitivement en 2004.

Aujourd’hui les Grands Thermes sont ouverts au public les dimanches après-midi. Seuls le hall d’entrée et l’aile gauche du 1er étage sont visibles. Le rez-de-chaussée et les autres parties de l’étage sont interdits aux visiteurs.

Si le 1er étage semble encore épargné par le temps, comme les photographies le montrent, il n’en va pas de même pour le rez-de-chaussée qui, lui, souffre des infiltrations des sources thermales dont l’eau suinte et ruisselle à travers les mosaïques ; mais également des dégradations dues aux squatters qui se sont introduits dans les locaux. Si rien n’est fait dans un avenir proche pour réhabiliter le bâtiment, les dégâts seront irréversibles sur la décoration datant du début du XXème siècle.

Pendant la prise de vues, alors que je parcourais seul les thermes, dans le silence des lieux, une sensation bizarre me venait à l’esprit : j’imaginais ces milliers de curistes qui, pendant presque un siècle, avaient déambulé en peignoir blanc, comme à l’époque des Romains…Je m’attendais à en voir apparaître au détour d’un couloir ou sortant d’une salle de bain.

Mots Tag:
 

La cueilleuse de pétale

le 29 mai 2019, dans Au coeur des fleurs, Flore, Humour, par Alain Larivière
La cueilleuse de pétale -1-

La cueilleuse de pétale

La cueilleuse de pétale -2-

La cueilleuse de pétale

Centaurea cyanus, le Bleuet

le 28 mai 2019, dans Au coeur des fleurs, Flore, par Alain Larivière
Centaurea cyanus, le Bleuet -15-

Centaurea cyanus, le Bleuet

 

Règne : Plantae
Sous-règne : Tracheobionta.
Division : Magnoliophyta.
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Asterales.
Famille : Asteraceae.
Genre : Centaurea.

Nom scientifique : Centaurea cyanus Linné, 1753.
Nom(s) commun(s) : Bleuet des champs ; aubifoin ; bluet ; blavelle ; casse lunettes ; Centaurée bleuet.

La Centaurée ou Bleuet des champs (Centaurea cyanus) est une plante annuelle ou bisannuelle de la famille des Astéracées (Asteraceae).

Tiges anguleuses et ramifiées de couleur verte grisâtre, d’aspect velouté. Feuilles alternes, les supérieures lancéolées, les inférieures pennatilobées. Fleurs doubles en capitule de 2 à 3,5 cm portées par de longs pédoncules, aux fleurons périphériques étalés. Sous le capitule, s’observent des bractées à bords ciliés (cils courts et réguliers, généralement bruns). Existe en différents coloris : bleu, blanc, rose, violet. La floraison a lieu entre mai et juillet. Hauteur : 20 à 80 cm.
On rencontre l’espèce dans les champs de céréales, friches, bords de chemins et jardins. Depuis l’Age de pierre cette plante est adventice des cultures, mais important recul des populations depuis plusieurs décennies à cause des traitements herbicides.
La décoction de bleuet était prescrite en cas d’irritation des yeux et des paupières et pour lutter contre la conjonctivite, et plus généralement pour les inflammations de la peau et des muqueuses ainsi qu’en cosmétologie.
Les fleurs comestibles s’utilisent dans les desserts (mousses, salades de fruits ou gâteaux).

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée -16C-

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée -16N&B-

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée

 

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon, Puy-de-Dôme, France.

Réalisation de l’architecte B. Chaussemiche – Grand Prix de Rome, les Grands Thermes de Châtel-Guyon furent inaugurés en 1908. Après 96 ans de service ils ferment définitivement en 2004.

Aujourd’hui les Grands Thermes sont ouverts au public les dimanches après-midi. Seuls le hall d’entrée et l’aile gauche du 1er étage sont visibles. Le rez-de-chaussée et les autres parties de l’étage sont interdits aux visiteurs.

Si le 1er étage semble encore épargné par le temps, comme les photographies le montrent, il n’en va pas de même pour le rez-de-chaussée qui, lui, souffre des infiltrations des sources thermales dont l’eau suinte et ruisselle à travers les mosaïques ; mais également des dégradations dues aux squatters qui se sont introduits dans les locaux. Si rien n’est fait dans un avenir proche pour réhabiliter le bâtiment, les dégâts seront irréversibles sur la décoration datant du début du XXème siècle.

Pendant la prise de vues, alors que je parcourais seul les thermes, dans le silence des lieux, une sensation bizarre me venait à l’esprit : j’imaginais ces milliers de curistes qui, pendant presque un siècle, avaient déambulé en peignoir blanc, comme à l’époque des Romains…Je m’attendais à en voir apparaître au détour d’un couloir ou sortant d’une salle de bain.

Mots Tag:
 
Centaurea cyanus, le Bleuet : Filé végétal -10-

Centaurea cyanus, le Bleuet : Filé végétal

Centaurea cyanus, le Bleuet : Filé végétal -11-

Centaurea cyanus, le Bleuet : Filé végétal

 

Centaurea cyanus
 Linné, 1753
Règne : Plantae
Sous-règne : Tracheobionta.
Division : Magnoliophyta.
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Asterales.
Famille : Asteraceae.
Genre : Centaurea.

Nom scientifique : Centaurea cyanus Linné, 1753.
Nom(s) commun(s) : Bleuet des champs ; aubifoin ; bluet ; blavelle ; casse lunettes ; Centaurée bleuet.

La Centaurée ou Bleuet des champs (Centaurea cyanus) est une plante annuelle ou bisannuelle de la famille des Astéracées (Asteraceae).

Tiges anguleuses et ramifiées de couleur verte grisâtre, d’aspect velouté. Feuilles alternes, les supérieures lancéolées, les inférieures pennatilobées. Fleurs doubles en capitule de 2 à 3,5 cm portées par de longs pédoncules, aux fleurons périphériques étalés. Sous le capitule, s’observent des bractées à bords ciliés (cils courts et réguliers, généralement bruns). Existe en différents coloris : bleu, blanc, rose, violet. La floraison a lieu entre mai et juillet. Hauteur : 20 à 80 cm.
On rencontre l’espèce dans les champs de céréales, friches, bords de chemins et jardins. Depuis l’Age de pierre cette plante est adventice des cultures, mais important recul des populations depuis plusieurs décennies à cause des traitements herbicides.
La décoction de bleuet était prescrite en cas d’irritation des yeux et des paupières et pour lutter contre la conjonctivite, et plus généralement pour les inflammations de la peau et des muqueuses ainsi qu’en cosmétologie.
Les fleurs comestibles s’utilisent dans les desserts (mousses, salades de fruits ou gâteaux).

error: Content is protected !!