Myrabilis jalapa, la Belle de nuit

le 17 mai 2019, dans Au coeur des fleurs, Flore, par Alain Larivière
Myrabilis jalapa, la Belle de nuit -1-

Myrabilis jalapa, la Belle de nuit

Myrabilis jalapa, la Belle de nuit -3-

Myrabilis jalapa, la Belle de nuit

Myrabilis jalapa, la Belle de nuit -5-

Myrabilis jalapa, la Belle de nuit

 

Règne : Plantae.
Division : Magnoliophyta.
Classe : Magnoliopsida.
Ordre : Caryophyllales.
Famille : Nyctaginaceae.
Genre : Myrabilis.

Nom scientifique : Myrabilis jalapa Linné, 1753.
Nom(s) commun(s) : Belle de nuit ; Merveille du Pérou.

La Belle de nuit (Myrabilis jalapa) est une plante herbacée vivace de la famille des Nyctaginacées (Nyctaginaceae).
Considérée comme annuelle c’est en fait une vivace par ses racines tubéreuses. Plante buissonnante, à tiges ramifiées hautes de 60 à 80 cm. Les fleurs en entonnoir évasé, dans des coloris blanc, jaune, rouge rose ou panaché, s’épanouissent de juillet aux gelées. Elles ne s’ouvrent qu’en fin d’après-midi pour se refermer dans la matinée. Plante très décorative par son feuillage et sa floraison vespérale multicolore et du délicat parfum qu’exhalent les fleurs à la tombée du jour.
Originaire d’Amérique subtropicale, elle fut introduite en Europe à la fin du XVIe siècle.

Pour plus d’informations : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mirabilis_jalapa

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée -11C-

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée -11N&B-

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon en 2011 : Rez-de-chaussée

 

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon, Puy-de-Dôme, France.

Réalisation de l’architecte B. Chaussemiche – Grand Prix de Rome, les Grands Thermes de Châtel-Guyon furent inaugurés en 1908. Après 96 ans de service ils ferment définitivement en 2004.

Aujourd’hui les Grands Thermes sont ouverts au public les dimanches après-midi. Seuls le hall d’entrée et l’aile gauche du 1er étage sont visibles. Le rez-de-chaussée et les autres parties de l’étage sont interdits aux visiteurs.

Si le 1er étage semble encore épargné par le temps, comme les photographies le montrent, il n’en va pas de même pour le rez-de-chaussée qui, lui, souffre des infiltrations des sources thermales dont l’eau suinte et ruisselle à travers les mosaïques ; mais également des dégradations dues aux squatters qui se sont introduits dans les locaux. Si rien n’est fait dans un avenir proche pour réhabiliter le bâtiment, les dégâts seront irréversibles sur la décoration datant du début du XXème siècle.

Pendant la prise de vues, alors que je parcourais seul les thermes, dans le silence des lieux, une sensation bizarre me venait à l’esprit : j’imaginais ces milliers de curistes qui, pendant presque un siècle, avaient déambulé en peignoir blanc, comme à l’époque des Romains…Je m’attendais à en voir apparaître au détour d’un couloir ou sortant d’une salle de bain.

Mots Tag:
 

Centaurea cyanus, le Bleuet

le 15 mai 2019, dans Au coeur des fleurs, Flore, Textures végétales, par Alain Larivière
Centaurea cyanus, le Bleuet -4-

Centaurea cyanus, le Bleuet

Centaurea cyanus, le Bleuet -4R-

Centaurea cyanus, le Bleuet

 

Règne : Plantae
Sous-règne : Tracheobionta.
Division : Magnoliophyta.
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Asterales.
Famille : Asteraceae.
Genre : Centaurea.

Nom scientifique : Centaurea cyanus Linné, 1753.
Nom(s) commun(s) : Bleuet des champs ; aubifoin ; bluet ; blavelle ; casse lunettes ; Centaurée bleuet.

La Centaurée ou Bleuet des champs (Centaurea cyanus) est une plante annuelle ou bisannuelle de la famille des Astéracées (Asteraceae).

Tiges anguleuses et ramifiées de couleur verte grisâtre, d’aspect velouté. Feuilles alternes, les supérieures lancéolées, les inférieures pennatilobées. Fleurs doubles en capitule de 2 à 3,5 cm portées par de longs pédoncules, aux fleurons périphériques étalés. Sous le capitule, s’observent des bractées à bords ciliés (cils courts et réguliers, généralement bruns). Existe en différents coloris : bleu, blanc, rose, violet. La floraison a lieu entre mai et juillet. Hauteur : 20 à 80 cm.
On rencontre l’espèce dans les champs de céréales, friches, bords de chemins et jardins. Depuis l’Age de pierre cette plante est adventice des cultures, mais important recul des populations depuis plusieurs décennies à cause des traitements herbicides.
La décoction de bleuet était prescrite en cas d’irritation des yeux et des paupières et pour lutter contre la conjonctivite, et plus généralement pour les inflammations de la peau et des muqueuses ainsi qu’en cosmétologie.
Les fleurs comestibles s’utilisent dans les desserts (mousses, salades de fruits ou gâteaux).

Les trois portes

le 14 mai 2019, dans Humour, Les outrages du temps, par Alain Larivière
Les trois portes -1-

Les trois portes

 

Les trois portes

Ces trois portes contiguës délabrées, dont le vitrage est occulté par des panneaux de bois, ont attiré mon regard, avec pour question : sur quoi débouchent-elles ?

Mots Tag:
 

Araneus diadematus, l’Epeire diadème

le 13 mai 2019, dans Araignées, Faune, Invertébrés, par Alain Larivière
Araneus diadematus, l'Epeire diadème -3-

Araneus diadematus, l’Epeire diadème

 

Règne : Animalia.
Embranchement : Arthropoda.
Sous-embranchement : Chelicerata.
Classe : Arachnida.
Ordre : Araneae.
Sous-ordre : Araneomorphae.
Famille : Araneidae.
Genre : Araneus.

Nom scientifique : Araneus diadematus Clerck, 1757.
Nom(s) communs(s) : Epeire diadème ; Epeire des jardins ; Araignée porte-croix.

L’Epeire diadème (Araneus diadematus) est une araignée de la famille des Aranéidés (Araneidae) (= Argiopidae). Le genre Araneus, l’un des plus important de l’ordre des Aranéides, comprend un millier d’espèces répertoriées dont plus de quarante pour la faune de France.
La toile est de type orbiculaire, de dimensions parfois importantes par rapport à sa propre taille, puisqu’elle peut atteindre, exceptionnellement, un mètre, avec une retraite (en cas de danger) qui se compose de quelques feuilles rapprochées maintenues par de la soie. La toile est refaite tous les jours : l’épeire ne répare pas sa toile et la recommence tous les matins (cf. Jean-Henri Fabre).
Cette araignée est facilement reconnaissable au dessin en forme de croix, de couleur claire, que l’on trouve sur son abdomen, qui lui est de couleur brune. La partie la plus large de l’abdomen se trouve dans le tiers supérieur.
Les deux sexes ont un aspect assez différent, principalement au niveau de la taille (dimorphisme sexuel). Ainsi, les individus mâles font moins d’un centimètre alors que les femelles peuvent atteindre un centimètre.
Du fait de sa taille réduite, le mâle doit faire attention lorsqu’il approche la femelle, car elle risque de l’attaquer et de le dévorer comme n’importe quelle autre proie. La femelle est réceptive à l’accouplement 3 ou 4 jours dans sa vie. Jusqu’à 60 mâles différents peuvent se succéder, jour après jour, sur une même toile. La reproduction a lieu l’hiver.
Une fois fécondée, la femelle dépose ses œufs dans un cocon protecteur jaune avant de se laisser tomber pour mourir d’épuisement.

error: Content is protected !!